Ethique de l’Attention et du rapport au temps : les philosophies antiques au secours de nos sociétés contemporaines

Voici un aperçu de ce que l’enseignement des philosophies antiques peut nous apporter pour mieux vivre dans nos sociétés modernes qui vont de plus en plus vite :

-« Traite peu d’affaires, si tu veux garder ton âme de bonne humeur » (Démocrite, cité par Marc Aurèle dans les Pensées)

-Dans nos sociétés contemporaines, il arrive souvent que nous soyons distraits : nouvelles technologies, internet, téléphones portables, notamment, en plus de la perte de repères culturels de beaucoup de personnes (Globalization disent les Anglos-Saxons) n’arrangent pas les choses.

Démocrite, un philosophe antique qui a découvert les atomes (en en faisant l’hypothèse scientifique, qui se rélève aujourd’hui vraie) est moins connu que d’autres car ses ouvrages ont été perdus. Sa philosophie était eudémoniste, il visait, comme les stoïciens, la paix de l’âme et nous propose ici un remède pour garder notre âme de bonne humeur et est cité en cela dans les Pensées de Marc Aurèle.

Il s’agit, dans la même perspective qu’Epictète, Sénèque ou Marc Aurèle, les trois philosophes stoïciens qui nous sont les plus familiers du fait des ouvrages qui nous sont parvenus, de nous auto-limiter (cf : distinction entre ce qui est en notre pouvoir de ce qui ne l’est pas) : nous pouvons être distraits, tentés, emportés même (cf : Lettre à Lucilius 1 de Sénèque) par les choses extérieures, certains nous dérobent notre temps et nous faisons plus attention à l’argent qu’au temps remarque Sénèque, alors que le temps est encore plus précieux dans la vie.

(Voici une vidéo qui renvoie à l’usage de notre temps de vie dans nos sociétés contemporaines : https://www.youtube.com/watch?v=dHqDV-pHN9U La philosophie stoïcienne est intéressante pour mieux contrôler son attention.)

Démocrite nous invite donc à nous détendre, en traitant « peu d’affaires », ça ne veut pas dire se détendre en regardant la télé ou en surfant sur le web, puisque cela est en fait beaucoup d’activité pour le cerveau notamment inconscient. Mais faire moins d’activités, être moins actif et plus présent au peu de choses que l’on peut faire (« être partout, c’est être nulle part » Sénèque, Lettres à Lucilius, qui s’inspire d’ailleurs beaucoup des philosophes atomistes et qui se déclare indépendant de l’école stoïcienne qu’il favorise tout de même), faire une chose à la fois, comme le préconisent les enseignements bouddhistes, ce qui permet d’ailleurs de mieux faire ces choses. Car quand on est dispersé, pressé, stressé comme de plus en plus de personnes dans nos sociétés contemporaines, on agit moins bien et ce n’est bon ni pour la santé de l’âme ni pour celle du corps (qui sont étroitement liés pour les stoïciens qui pensent que « tout est corps », dont l’âme).

Exercice pratique : Essayer de « traiter moins d’affaires » et voir les effets sur notre âme. Faire moins de choses. Mon âme est-elle plus en paix ? Démocrite avait-il donc raison ? Et ces choses, les fait-on mieux ? Seule l’expérience individuelle peut le dire.

Pour aller plus loin : on peut fortement rapprocher les idées des philosophes antiques atomistes et stoïciens, eudémonistes, des philosophies actuelles de décroissance et de minimalisme, le déploiement de ces deux nouvelles pensées est d’ailleurs signe que l’époque a besoin de ralentir, notre perception du temps est en effet liée aux troubles de l’âme, comme le disait P.Hadot, éminent philosophe français spécialiste de la philosophie antique, et comme on peut s’en rendre compte dans la phénoménologie et l’étude des psychopathologies. D’où l’importance des enseignements des philosophes antiques comme celui de prendre son temps, de laisser aller le futur et le passé (indifférents dans le stoïcisme) car le bien est « dans le présent » seul (Marc Aurèle, Pensées).

La « prosoché » est par excellence l’exercice spirituel stoïcien le plus antinomique aux projets des « géants du web », c’est donc en plus d’un moyen d’être plus épanoui et meilleur, un acte politique révolutionnaire stoïcien de résistance aux tyrans (voir les nombreuses références à l’opposition stoïcienne à la tyrannie dans les Entretiens d’Epictète) puisqu’il consiste à faire attention, à être vigilant à ce qui occupe notre esprit et à ne pas le laisser errer n’importe où. (Voir « Exercices spirituels et philosophie antique » de P.Hadot, p. 41, 81-83, 86, 88, 91, 270, 285, 296)

« Tout arrive à point à qui sait attendre » dit le proverbe français. Riche d’enseignements, qui plus est dans nos sociétés de l’immédiateté qui épuisent la nature et les êtres humains. A nous de prendre conscience donc, que l’usage de notre temps est en notre pouvoir.

Bibliographie : Sénèque, Entretiens, Lettres à Lucilius, édition de Paul Veyne, professeur au Collège de France

Pensées pour moi-même, de Marc Aurèle, édition Belles-Lettres

Entretiens d’Epictète (Fragments et Sentences) éditions Vrin

Qu’est-ce que la philosophie antique ? De P.Hadot

Exercices spirituels et philosophie antique, de Pierre Hadot

Autres références :

Facebook à la conquête du temps d’attention, TV5Monde

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27attention (Economie de l’attention, Wikip

Enseignements de la philosophe française Natalie Depraz : « Attention et vigilance : à la croisée de la phénoménologie et des sciences cognitives » est un de ses ouvrages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s