Comment se venger intelligemment ?

Avertissement de Sophocle

« La meilleure façon de te défendre/venger d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler » (Pensées Marc Aurèle)

« La meilleure façon de se venger d’un ennemi, c’est de ne pas lui ressembler » (autre traduction : Marc Aurèle écrivait en grec ancien)

-Supposons que vous avez souffert dans votre passé : certaines personnes (apparemment beaucoup, peut-être même nous-mêmes) agiraient (de façon plus ou moins consciente) dans le but de se venger. Ou tout du moins, se vengent sur des personnes qui ne sont même pas responsables ou coupables de ce qu’ils ont subi, de façon inconsciente (je dirais que ça peut arriver à tout le monde, c’est un acte inconscient).

-Cette seule maxime de Marc Aurèle est un trésor inépuisable :

-Supposons que vous écrivez sur une feuille la liste de tout ce que vous avez subi dans votre passé (bon, dans les cas les plus graves, voire extrêmes, c’est plus facile à dire qu’à faire : le processus d’acceptation, voire de pardon, peut être très long) si vous faites parti de ceux qui n’ont pas souffert de façon extrême ou des actes très graves dans votre passé (enfance, adolescence etc), donc :

-Dans une optique stoïcienne, vous pouvez analyser le pourquoi du comment telle personne vous a fait subir ce qu’elle vous a fait subir, faire cela déjà peut avoir un impact très bénéfique : (beaucoup par exemple, alimentés par des croyances psychologiques qui abordent principalement le passé d’une personne et les causes qui l’ont entraîné à ses malheurs, rejettent leurs parents, ou se déresponsabilisent en accusant quelque chose : leur classe sociale par exemple, ou autre situation apparemment handicapante dès le départ pour « réussir » : Une sentence parmi d’autres, de Marc Aurèle, répond à cela : « les effets de la colère [de la révolte, qui peut être caractérielle, non une simple émotion passagère] sont souvent beaucoup plus graves que ses causes » (Pensées Marc Aurèle) essayer de comprendre l’autre, même celui dont on a/aurait été victime, ses mécanismes, sa morale, les pourquoi de ses actions peut déjà avoir un impact très bénéfique, c’est un acte de « compassion », de compréhension d’autrui, d’empathie : on se met à sa place : c’est ce que répète souvent Marc Aurèle dans ses Pensées : « S’il arrive à quelqu’un de manquer envers toi, réfléchis aussitôt à l’opinion qu’il a dû se faire du bien ou du mal pour manquer ainsi. »

-Ainsi, en comprenant les personnes qui nous ont fait du mal dans notre existence, comme nous invite Marc Aurèle à le faire, y compris au quotidien ou dans le futur d’ailleurs, dans une optique stoïcienne, nous réfléchirions aux croyances qui précèdent les actions de ces personnes : quelle est leur éthique de vie ? Leur vrai comportement, pas forcément ce qu’ils disent (il est plus aisé d’avoir de belles paroles que de les mettre en pratique, comme le répétaient, plus que les autres écoles d’ailleurs, les stoïciens-l’habit ne fait pas le moine dit le proverbe), et ainsi, en comprenant cela, l’on peut même éprouver finalement ce qu’Epictète et Marc Aurèle nous invitent à éprouver envers les personnes « mauvaises », « vicieuses » ou juste ignorantes finalement : de la pitié, plutôt que de la haine. Car ces personnes, on peut les haïr, parce qu’on ignore qui elles sont vraiment, mais si on les comprend, on peut plutôt ressentir de la pitié, pour leurs vices, et finalement, leur ignorance, qui ne les rend pas heureux, d’après les philosophes stoïciens (c’est vérifiable empiriquement)-et cette dernière attitude est recommandée par les stoïciens.

-Enfin, Une fois qu’on a compris les causes de pourquoi telles personnes ont agi ainsi, alors, ressentant plutôt de la pitié, nous pouvons nous dire avec Marc Aurèle, que la meilleure manière de se venger d’eux, c’est d’éviter de leur ressembler (en tirant une leçon, comme pour un conte, une morale de ces événements passés) : en ne reproduisant pas les mêmes erreurs, les mêmes schémas, que, remarque-t-on, beaucoup reproduisent (ce qu’ils ont subis) : les enfants battus, parfois, battent à leur tour, de façon plus globale, des victimes de guerre, parfois, deviennent des guerriers, et meurent de la guerre.

-Et c’est ce qu’on peut observer un peu partout : et ce parce que l’acte de « pardon » est beaucoup plus rare et demande beaucoup plus de force intérieure, morale et spirituelle. Ainsi, beaucoup reproduisent ce qu’ils ont subi : ‘A combattre avec les mêmes armes que ton ennemi, tu finiras par devenir comme lui. » (Pensées, Marc Aurèle)

-Oeil pour oeil rendra le monde aveugle (Gandhi)

-Ainsi, dans une optique stoïcienne, toujours, nous pourrions remarquer qu’est-ce qui amène à tels comportements moraux (ou immoraux du coup), afin de nous-mêmes nous en préserver (et non pas en voulant changer le monde, car alors on empêche la seule chose qu’il est en notre pouvoir de changer-de changer : soi-même), afin de nous-mêmes en tirer une leçon pour transformer, comme un alchimiste, le plomb en or, nos vices passés et les vices des autres, en vertu en nous-mêmes, la plus grande richesse récoltable en cette vie éphémère, passagère, dont voilà je dirais, le sens. Et c’est cela, la vengeance la plus intelligente.

« Le fait que les Hommes tirent peu profit de l’Histoire, c’est la leçon la plus importante que l’Histoire nous enseigne. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s