La Justice, n’est-ce pas nécessairement tout d’abord une vue juste, un jugement affûté, une raison droite ?

Le Penseur, sculpture d’Auguste Rodin

-La Justice est une vertu cardinale pour les Stoïciens. Aujourd’hui nous nous demanderons ce que signifie le mot « Juste » : Que signifie ce terme ? Il y a le fait d’être juste dans nos rapports sociaux, la justice institutionnelle qui vise à établir la justice entre les citoyens, mais il y a aussi un double sens à ce mot, n’est-ce pas ?

-En effet, nous disons : « ceci est juste » lorsqu’il s’agit de quelque chose de vrai, de correct, d’exact, de correspondant à la réalité, à ce qui est, on donne notre assentiment (« sunkatathésis en grec ») à ce qui est « juste » au sens de ce qui correspond, pour nous, à ce qui relève de la vérité, ce qui est accordé à la réalité, ce que nous comprenons. Etre juste, c’est en un sens, voir juste, voir ce qui correspond à la réalité dans un premier temps sans doute, sans quoi nous ne pourrions être vraiment juste moralement, semble-t-il : en effet, comment être juste moralement si nous ne voyons pas les choses exactement telles qu’elles sont ? Et la justice ne demande-t-elle pas une certaine précision ? Il faut avoir un jugement aiguisé, et cela est nécessaire pour pouvoir établir ou rétablir la justice.

-Il semble donc impossible d’être juste ou en accord avec la vertu de justice, si, en premier lieu, nos jugements ne sont pas objectifs, corrects, affûtés, précis, justes. Dés lors, nous nous rendons compte que le premier lieu de la justice est d’abord de discipliner sa vue, ses jugements, pour qu’ils correspondent exactement aux choses telles qu’elles sont, sans quoi la véritable justice que l’on voudrait établir en soi et en dehors de soi, dans la société, ne pourrait être adéquate.

-C’est ce que les stoïciens appellent la « raison droite », le jugement adéquat, objectif, en accord avec les choses, des représentations objectives, adéquates, la vérité étant selon Aristote « un jugement en accord avec la réalité ». Notre méditation-au sens de réflexion du jour nous conduit à cette découverte : pas de justice possible sans jugements adéquats; les jugements adéquats sur les choses sont donc plus importants que la justice, ils la présupposent, sans eux, pas de vertu possible. [Conclusion dite « intellectualiste » dans le champ lexical philosophique : Socrate, les Stoïciens et Spinoza sont des philosophes qui ont ce point de vue.]

-Et vous, qu’en pensez-vous ? Peut-on être juste sans jugements adéquats donc sans vérité ? Et si non, alors la connaissance précède et est nécessaire pour toute Justice, n’est-ce pas ? Mais alors, pourquoi les gens s’opposent sur ce qu’est la Justice ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s