Présentation d’un livre : De la Constance du Sage, de Sénèque

De la Constance du Sage, de Sénèque

-Ce petit joyau de 40 pages, « l’oeuvre la mieux composée de Sénèque », est, de la part du grand écrivain romain Sénèque, une tentative d’éclairer la figure du Sage stoïcien à son ami épicurien Sérénus, qui lui fait part de ses doutes.

-Sénèque dévoile quelle est l’attitude psychologique de celui qui se serait formé à la philosophie stoïcienne antique : face aux injustices, qui sont des événements qui peuvent arriver. Et face aux insultes. Face aux événements existentiels qui peuvent sembler difficiles. Les textes sont d’une grande beauté, les descriptions sont d’une grande clarté, les figures rhétoriques sont d’une grande qualité.

-Sénèque prend en compte toutes les objections que Sérénus (qui représente en fait, nous autres lecteurs modernes) pourrait émettre contre cette attitude intérieure très noble et valeureuse, supérieure à l’attitude qu’on peut rencontrer habituellement chez la plupart des gens face au même genre d’événement. N’est-ce pas irréaliste ? Impossible ? Et Sénèque démontre en quoi c’est nous qui nous trompons, que cette attitude est possible, que nous nous limitons dans nos croyances sur nos potentialités. On reconnaît une rare pensée occidentale qui soit autant optimiste sur l’humain et ses potentialités, si humaniste, si universelle, dont l’objectif est d’amener chaque être humain à son plein potentiel de sagesse. Cela est possible si et seulement si il se rend compte de ce qui a vraiment de l’importance dans son existence : la recherche de la sagesse, de la vertu, de renforcer son intériorité, son âme, au-delà du reste, tout le reste qui est éphémère, passager, et auquel l’attachement excessif, conséquence de son ignorance, est peut-être la source des maux de son âme.

-Une lecture très accessible, très brève, d’un philosophe de l’antiquité dont la richesse des conseils n’ont rien à envier à tous les guides, coachs, gourous, escrocs du bonheur contemporains; source de libération, de liberté intérieure, de sérénité qui n’attend rien que d’elle-même, d’indépendance, d’autonomie intellectuelle et spirituelle tout à la fois, permettant de se prémunir des véritables maux; Le savoir est une arme, dit-on, alors ce petit joyau est à la fois un puissant bouclier et un sabre bien aiguisé, si et seulement si son lecteur apprend à bien les manier.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s