Le privilège de l’Homme : la reconnaissance et l’acceptation des événements

Homme libéré de ses chaînes par la reconnaissance-acceptation (reconnaissante) des événements passés, présents et futurs

-Comme l’explique Epictète, philosophe stoïcien dans les Entretiens compilés par son disciple Arrien, le propre de l’homme est de reconnaître l’intelligence, l’harmonie, la Providence derrière les événements, et à la fois d’éprouver de la reconnaissance envers ceux-ci. C’est ce qui le distinguerait, d’après l’école philosophique stoïcienne, des animaux, parmi lesquels l’homme est un animal sociable (et rationnel; mais aussi métaphysique).

-Ainsi, l’être humain qui refuse son destin, n’accepte pas son passé, accuse, rejette des choses extérieures, se rend malheureux, n’est pas maître de lui-même, se rend le jouet et l’esclave des « choses du dehors » de par son inattention à ses désirs et aversions, qui, eux, sont en son pouvoir, s’il s’habitue à les maîtriser, en ne cherchant pas à maîtriser ce qui fait partie des choses voulues par la Nature, la Providence. Car dès lors, il refuse son rôle, refuse de se préoccuper de ce qui « dépend de lui », ce qui est « en son pouvoir » (Manuel, Epictète) de faire dans sa vie (si courte, vue d’en haut).

-« Figure-toi bien que celui qui s’afflige ou s’irrite à propos de quoi que ce soit ressemble au porc que l’on égorge et qui regimbe et crie. De même celui qui, étendu sur son lit, gémit en silence sur les liens qui nous enchaînent. L’obéissance volontaire à tout ce qui lui arrive est le privilège réservé à l’animal raisonnable ; l’obéissance, volontaire ou non, est une nécessité pour tous. » (Marc Aurèle, Pensées pour moi-même)

-Cette image de l’empereur-philosophe Marc Aurèle, frappante, illustre bien ce paradoxe : l’esclave est celui qui refuse l’ordre des choses, l’Homme libre est celui qui consent à l’ordre des choses; l’Homme heureux, apaisé et joyeux est celui qui veut l’ensemble des événements qui sont arrivés, arrivent et arriveront. (« Veuille les événements tels qu’ils arrivent, et le cours de ta vie sera heureux » (Manuel, Epictète)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s