Le yoga tibétain Kum Nyé : un yoga de guérison et d’énergie

Art bouddhique

-Le Kum Nyé est une méthode globale d’hygiène psychique et physique décrite dans des textes tibétains du VIIIè siècle, dont le but consiste à libérer le flux de l’énergie corporelle pour jouir d’une santé et d’un dynamisme optimums. Sa pratique, traditionnelle dans le bouddhisme tibétain, et qui s’inspire du yoga, a été apportée en Occident et codifiée par Tarthang Tulku (lui qui a étudié au Tibet dans la tradition bouddhiste, est internationalement connu comme un pédagogue novateur et penseur visionnaire.)

-« Le Kum Nye (prononcer Koum Niè) comporte toute une série d’exercices thérapeutiques simples mais efficaces destinés à soulager du stress, transmuter les structurations comportementales négatives, favoriser équilibre et santé, ainsi qu’à nous rendre l’existence plus agréable. Les exercices sont fondés sur les concepts d’énergétique corporelle perceptible et métasensible qui sous-tendent la médecine tibétaine et les disciplines bouddhistes se référant au continuum corps-esprit. (…)

-Sa remarquable valeur en tant que méthode de relaxation réside en ce qu’il appréhende globalement corps et psychisme pour les intégrer et les équilibrer dans une optique de santé, objectif qu’il atteint en conjuguant leurs énergies pour qu’ils fonctionnent calmement et sans à-coup. Menant à l’intégration du couple corps-esprit dans toutes les activités, il a un caractère indispensable et durable plus grand que la sensation de bien-être ressentie dans la pratique d’une activité physique banale : lorsque nous apprenons l’ouverture sensorielle et que nous avons une conscience directe de ce que nous éprouvons, notre corps et notre psychisme fusionnent et tous nos vécus se font plus riches, plus sains et plus satisfaisants. A mesure que nous acquérons une connaissance plus approfondie de nous-mêmes, puisque nous nous comprenons de mieux en mieux, nous sommes également capables de communiquer bien davantage avec autrui. (La relaxation tibétaine, p.8)

-« Le Kum Nyé est une antique méthode de guérison tibétaine qui vise à l’harmonisation et à l’intégration esprit-corps, ainsi qu’à celle du moi et du monde, ce qu’on réalise en stimulant, libérant et amplifiant les énergies subtiles induites par le psychisme, le corps et les sens. » (La relaxation tibétaine, p.13)

-« Le Kum Nyé est l’art de parvenir à l’équilibre en intégrant corps, psychisme, sphère sensorielle et environnement. On y parvient à la faveur d’un processus de relaxation doux mais efficace faisant appel à la résorption des tensions et blocages physiques, psychologiques et émotionnels pour entretenir le libre flux des sensations qui baignent le corps. En nous concentrant sur ces énergies et en les amplifiant en nous-mêmes et au-delà, nous nous rapprochons de leur source, c’est à dire du dynamisme de l’univers lui-même. Ce faisant, nous découvrons une toute nouvelle manière d’être, une vaste perspective qui nous permet de jouir de tous les bienfaits d’une existence vécue dans la plénitude. » (La Relaxation tibétaine, Massages et Postures Kum Nyé p.16)

-« En ralentissant notre rythme et en nous relaxant grâce aux exercices du Kum Nye, nous apprenons à développer nos ressources, c’est à dire à ouvrir nos corps et nos esprits au vécu du sentiment et de la sensation. Par l’amplification de ces composantes énergétiques, nous découvrons le dynamisme naturel et fluide de tout notre être et constatons notre lien avec le monde alentour. Par cette intégration du corps, du psychisme et des sens, tous nos actes, tous nos mouvements et toutes nos pensées s’inscrivent dans un courant harmonieux. Notre conscience, en s’aiguisant, nous donne la liberté de prendre en charge nos vies, non d’une manière brutale, mais forts d’une confiance légitime. Faisant preuve d’une sensibilité croissante à l’égard d’autrui, nous agissons naturellement comme il convient et pour le bien de tous. Nous cherchons à nous comporter de manière positive, sachant que les pensées et les actes qui débouchent sur notre équilibre et notre bonheur sont également propices à l’harmonie de la création. » (La relaxation tibétaine p.17)

-Le mot « Kum » veut dire corps ou incarnation. « Nye » signifie massage ou interaction. En tibétain lu se rapporte à notre corps physique; ku, à un corps supérieur, plus subtil. Quand nous pratiquons le Kum Nue, nous activons le ku en stimulant la sensation dans le lu, ou corps physique. Le fait de cultiver la sensation est le massage, ou interaction.

D’ordinaire, quand on parle de « massage », nous entendons par là l’acte physique consistant à presser, frictionner et malaxer le corps. En Kum Nye, ce mot est plus généralement employé pour désigner le mécanisme par lequel les énergies sensorielles méta-sensibles sont libérées pour qu’elles parcourent librement l’organisme, réalisant l’intégration psychophysique, rapportant en cela la sensation à la notion de condition physique. Ces énergies se comportent comme une aura en mouvement, animée de vibrations, qui nous baigne intérieurement, rayonne hors de nous et nous enveloppe. Nous découvrons la relaxation authentique en apprenant à guérir grâce à elles, en relâchant les tensions et en levant les blocages pour harmoniser toutes les facettes de notre être. (…)

Les niveaux de relaxation

-Chaque exercice de Kum Nye peut être vécu à trois niveaux différents correspondant à trois degrés distincts de relaxation. Au premier, superficiel, ce qu’on ressent a une tonalité physique ou émotionnelle évidente, comme la chaleur ou la fraîcheur, la joie ou la tristesse, faciles à reconnaître et à décrire : picotements, fourmillements, légère sensation douloureuse, ou encore de détente et d’énergie parcourant le corps. Nous les percevons en des lieux précis du corps, de même que nous restons conscients du moi vivant ces sensations.

Au deuxième niveau, accordant une attention plus soutenue à ces sentiments ou sensations initiaux, nous pouvons nous en servir pour aiguiser notre perception, ce qui nous permet de détecter les blocages du flux énergétique. Ces derniers ne pouvant être définis en termes émotionnels ou physiques, nous leur attribuerons ici trois caractères : retenue, résistance et dureté. Bien que cette strate de la perception soit plus difficile à « creuser » que la première, on peut, en se concentrant sans forcer, et avec douceur, lever ces blocages. A ce stade,, on a l’impression que l’exercice s’exécute de lui-même, bien que la conscience du moi percevant les sensations subsiste. Toutefois, ce moi peut être ressenti comme moins ferme.

Tandis que nous atteignons le troisième niveau de perception, nous pénétrons dans la sphère de l’énergie pure, ou du vécu pur, où les reliquats de structuration sont transcendés. A partir de là, sentiments et sensations ne se distinguent plus, pour se muer en un continuum générateur d’une joie irrésistible et infinie. Dès lors, temps et espace n’existent plus : nous ignorons l’essence de cette entité, sa localisation, ou ses modalités de manifestation car, à ce niveau, il n’y a plus d’ego : nous sommes devenus perception et nous ne faisons plus qu’un avec elle. Nous avons accédé à la réalisation, c’est à dire au point d’achèvement qui est la vraie relaxation.

L’ouverture des sens

-Ce processus de relaxation est axé sur l’ouverture sensorielle à de nouvelles voies et dimensions de la perception. Quand elle se produit, tout notre corps déborde de vie. Nous découvrons qu’il est possible de vivre une beauté extatique à chaque instant de notre existence, comme si à tout jamais nous entendions une musique sublime ou contemplions la plus belle des oeuvres d’art.

Notre manière habituelle de percevoir le monde est transformée. Quand nous voyons, notre vue porte au-delà des surfaces ; notre conscience se concentre légèrement sur les objets qui nous entourent de telle sorte que leurs formes nous inspirent des sensations. En élargissant le champ de notre regard, nous suscitons une interaction extatique entre les énergies subtiles de nos corps et celles que rayonnent les objets environnants. C’est ainsi que nos perceptions respectives d’un sujet et d’un objet – en fait de celui qui voit et celle de la chose vue – disparaissent pour se fondre dans la vision, qui est une expression permanente de la totalité essentielle.

De même apprenons-nous à percevoir et apprécier les sons afin que nous captions les vibrations qui pénètrent nos corps, en nous servant d’elles pour instaurer d’harmonieuses interactions entre nous-mêmes et l’univers. Quand nous écoutons de la musique douce, ses vibrations nous détendent et nous apaisent, libérant, à des niveaux plus profonds de notre conscience, des énergies à caractère thérapeutique. Quand nous parlons, tous les sons que nous émettons sont doux afin que notre communication n’ait rien d’agressif ou de destructeur.

Manger devient une rencontre authentique de nos sens et de leur objet, une sorte de rituel critique au cours duquel nous évaluons avec plaisir les différentes nuances gustatives, olfactives, tactiles et chromatiques pour les propager dans tout notre corps et au-delà.

L’agrément que, de cette manière, l’exercice intégral de nos sens nous apporte, peut être amplifié chaque jour. Sans objectif fixé à l’avance, presque sans effort conscient, nos sens s’ouvrent à l’immensité et la beauté du vécu sensuel, permettant à nos corps de s’abandonner à la délicieuse sensation induite, qui a la douceur et la suavité du lait et du miel; elle pénètre profondément en nous, s’amplifiant jusqu’à nous faire éprouver un sentiment de satisfaction presque irrésistible. Sans limites spatiales et temporelles, ces sentiments et sensations engendrent une énergie qui nous masse intérieurement et extérieurement, intègrent toutes les facettes de notre être, et nous mettent en résonance avec notre environnement pour favoriser une paix intérieure plus profonde. (La relaxation tibétaine, p.19-20)

Un commentaire sur “Le yoga tibétain Kum Nyé : un yoga de guérison et d’énergie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s