La politique stoïcienne : Combattre toutes formes de tyrannies

Néron, tyran romain

-Quelle serait une politique du 21 ème siècle d’inspiration stoïcienne ?

-Comment aller vers le sens d’un équilibre dans nos sociétés modernes ?

-Ce qui ressort de la littérature stoïcienne, que ce soit chez Epictète dans ses Entretiens rapportés par Arrien, ou chez Sénèque, mais aussi chez Marc Aurèle (pour lui-même), c’est le combat contre la tyrannie. Epictète mentionne en effet plusieurs stoïciens qui se sont rebellés contre la tyrannie de certains empereurs romains, dans ses Entretiens. Sénèque, lui, lutte tant bien que mal pour amener Néron à ne pas avoir un comportement de tyran, en vain. Et Marc Aurèle lutte contre lui-même dans ses Pensées pour lui-même, afin de ne pas devenir un tyran, afin de vaincre ses propres passions.

-Le stoïcisme s’oppose en premier lieu donc, à la figure du tyran. Bien sûr, notre tyran à tous est intérieur : ce sont nos passions, nos désirs désordonnés, les attraits du plaisir, etc. Mais l’on voit bien que les stoïciens menaient également une lutte extérieure en plus d’une lutte contre eux-mêmes : le combat contre la tyrannie sous toutes ses formes.

-Quelles seraient les différentes formes de tyrannies à combattre au 21 ème siècle ? Nous avons connu au 20 ème siècle des grandes figures d’affreux tyrans en Mao, Staline, et Hitler notamment. Les philosophes stoïciens se seraient farouchement opposés à ces personnages et à leur politique tyrannique, et cela est peu mentionné. Aujourd’hui, le stoïcisme nous inviterait à lutter contre toute forme d’extrémisme : religieux et politique : l’extrême-droite, mais aussi l’extrême-gauche. Les mouvances religieuses radicales, les fondamentalismes, les fanatismes, comme Marc Aurèle s’est aussi durement opposé aux chrétiens : ils étaient à son époque des extrémistes refusant l’autorité impériale.

-La tyrannie de la société de consommation, la tyrannie du capitalisme, certainement, les stoïciens s’y opposeraient s’ils les identifiaient ainsi. Cela ne veut pas dire qu’ils seraient forcément anti-capitalistes bien sûr : Sénèque était l’équivalent d’un milliardaire actuel de son temps par exemple, mais il vivait de façon sobre, tendait à mener une vie simple malgré sa fortune. Ce sont des tyrannies plus subtiles : il convient de faire preuve de sagesse, de maîtrise de soi, d’autodiscipline bien sûr, pour se rendre libre.

-Quant aux tyrannies concrètes de l’extérieur, il est évident que la philosophie stoïcienne s’oppose par exemple à l’islamisme qui est une tyrannie concrète et présente. C’est une mouvance religieuse radicale et violente, hostile aux valeurs occidentales dont le stoïcisme. Je pense donc que le stoïcisme peut amener à combattre l’islamisme : le terrorisme le fanatisme et l’extrémisme religieux, qui font plus de bruit dans l’islam que dans d’autres religions, bien sûr que dans les autres religions aussi il s’y opposerait.

-Le stoïcisme est un humanisme, il favorise les droits humains fondamentaux, vise la liberté, l’égalité et la fraternité universelle, en plus d’être un cosmopolitisme : il s’oppose donc aussi à tout ce qui est carcan, tout ce qui divise, tout ce qui hiérarchise injustement : les maltraitances envers les femmes, le repli identitaire, tout ce qui est hostiles à nos libertés fondamentales. Le stoïcisme appuierait présentement la philosophie des Droits de l’Homme et des Lumières face aux divers extrémismes et obscurantismes dans le monde.

-Le stoïcisme lutterait en faveur d’un équilibre sociétal global, en vue de défendre les libertés fondamentales au minimum, voire de maximiser les libertés des individus, pour un régime politique en faveur des égalités entre les êtres humains, et en faveur d’une fraternité cosmopolite. Le tout en vue du bonheur du plus grand nombre, en favorisant le mérite de chacun, dans une méritocratie donc, pour moi il n’y aurait cependant pas de place pour la discrimination (y compris celle dite « positive »). La philosophie stoïcienne incite à lutter pour la justice à titre individuel et aussi à appuyer la justice à travers le monde, à soutenir un régime politique juste plutôt qu’un injuste. L’équilibre, voilà ce vers quoi nos sociétés devraient tendre, en vue d’une paix internationale, d’un équilibre mondial, d’une prospérité globale, du bonheur de tous les êtres humains dans chaque société à travers le monde.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s