Les belles paroles et/ou leur mise en pratique d’après le Bouddha (exégèse)

Statuette du Bouddha

IV-Versets sur les fleurs (Puppha Vagga) 51-52

« Comme une fleur

Aux couleurs chatoyantes mais sans parfum,

Les belles paroles ne portent aucun fruit

Si on ne les met pas en pratique.

Comme une fleur

Aux couleurs chatoyantes et au parfum délicat,

Les belles paroles portent leur fruit

Quand on les met en pratique. »

-Il est possible de produire de belles paroles, de parler de vertu, de sagesse, d’éthique, de beaux actes, de générosité, d’altruisme, sans pour autant les mettre en pratique. Or, n’est-il pas préférable de garder pour soi ces beaux propos, en soi-même, si l’on y arrive, et de les produire en actes ? Ou bien au moins de produire en actes ces belles paroles ? Ce qui compte, ce sont les fruits que l’on fait pousser, ce n’est pas de dire à tout le monde : « je vais produire des fruits en faisant pousser des graines qui vont devenir des arbres puis j’en récolterais des fruits » : il est possible de le faire sans le dire. Il y a une belle métaphore de Rumî à ce titre : les graines semées dans la terre ont besoin d’être recouvertes de terre pour bien pousser, c’est à dire qu’elles ont besoin de ne pas être dévoilées au grand jour sans quoi elles ne germeront pas et ne produiront pas de tige, pas de feuilles, pas de tronc, et pas de fruit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s