Pourquoi la vertu d’équanimité s’oppose-t-elle à « l’indifférence » prêchée par certains ?

Dessin représentant un méditant, recherchant la vertu d’équanimité

« Selon le moine et érudit Theravadin, Bhikkhu Bodhi, le mot upekkha dans le passé a été mal traduit comme «indifférence», ce qui a amené de nombreux occidentaux à croire, à tort, que les bouddhistes sont censés être détachés et indifférents aux autres êtres. Ce que cela signifie vraiment, c’est de ne pas être gouverné par les passions, les désirs, les goûts et les aversions. Le Bhikkhu continue,

« C’est une égalité d’esprit, une liberté d’esprit inébranlable, un état d’équilibre intérieur qui ne peut être perturbé par le gain et la perte, l’honneur et le déshonneur, les louanges et le blâme, le plaisir et la douleur. Upekkha est la liberté de tous les points de référence de soi; il est l’indifférence uniquement aux exigences du moi-ego avec son désir de plaisir et de position, et non au bien-être de ses semblables. « 

Gil Fronsdal dit que le Bouddha a décrit l’upekkha comme «abondant, exalté, incommensurable, sans hostilité et sans mauvaise volonté». Ce n’est pas la même chose que «l’indifférence», n’est-ce pas? »

Source : https://www.instantspresents.com/bouddhisme-et-equanimite-pourquoi-lequanimite-est-une-vertu-bouddhiste-essentielle/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s