Jour 3 : Comment développer en soi une compassion authentique ?

Schéma représentant la compassion/l’altruisme prôné par le philosophe stoïcien Hiéroclès

« Pour méditer la compassion, dans un premier temps donc, on envisage simplement cas par cas des êtres qui souffrent. Puis on s’entraîne progressivement jusqu’à ce que notre vision englobe tous les êtres. Si on ne procède pas de la sorte, la compassion risque de rester vague et intellectuelle, donc de ne pas être authentique. »

« Le chemin de la grande perfection » (Livre de sagesse tibétaine)

-Une compassion authentique nécessite des étapes : une autocompassion pour commencer, et cela peut prendre du temps chez certaines personnes, qui ne s’aiment pas, se haïssent, car cela arrive. Ensuite on peut essayer de faire preuve de compassion envers d’autres personnes, mais en commençant par des « exercices plus simples ». Exemple : des animaux : ressentir de la compassion envers des animaux, cela est plus simple, n’est-ce pas ? On ne juge pas les animaux, fussent-ils des tueurs, des violeurs, etc car tel est bien le cas. Mais quand ce sont des êtres humains, c’est plus difficile, si ce sont des tueurs/tueuses, violeurs/violeuses, n’est-ce pas ? On ne juge pas moralement les animaux, pas trop. On peut ensuite « tester » notre compassion sur d’autres êtres, des êtres que l’on aime, qui sont proches de nous. Des personnes de sa propre famille, même si il semblerait que cela puisse en fait être plus difficile que pour des personnes extérieures à sa famille. On a vu que les animaux pouvaient plus aisément recevoir de la compassion, peut être que des personnes étrangères et éloignées de sa famille peuvent parfois aussi recevoir plus de compassion. Des amis ensuite, des gens de sa communauté, religieuse ou philosophique par exemple. Et enfin pour l’humanité entière, puis enfin pour les animaux notamment aussi et la planète Terre dans son ensemble, le Kosmos dans son ensemble.

-Il faut commencer au cas par cas pour éprouver de la compassion pour des êtres qui souffrent. Pas plusieurs personnes en même temps, par exemple. Il y a même à cela, des risques. Un psychiatre par exemple ou un psychologue, sont des métiers où ce risque est sans doute fréquent : trop de pitié peut leur nuire s’ils se laissent embourber par elle : il faut rester solide pour pouvoir venir en aide aux autres êtres humains, tout en étant pleins de compassion : mais il ne faut pas oublier de rester solide, donc de se protéger soi, aussi.

Publicité

Un commentaire sur “Jour 3 : Comment développer en soi une compassion authentique ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s