Stoïcisme et Confinement : Recommandation proposée par Athénodore

Statue véritable du philosophe Sénèque, à Cordoue, en Espagne

-« Une grande âme trouve dans le privé l’occasion de se déployer pleinement. (…) Les plus grandes actions s’accomplissent dans la solitude. Pourtant, tout en vivant loin des regards, on gardera, partout où l’on abritera sa retraite, la volonté de rendre service à chacun et à tous par son intelligence, par sa parole et par ses conseils. Car on ne rend pas seulement service à l’Etat en poussant des candidats aux honneurs, en défendant des accusés et en donnant son avis sur la paix et sur la guerre : en exhortant la jeunesse, en inspirant la vertu, à une époque si marquée par la crise de l’enseignement moral, en prenant à part et en retenant ceux qui se précipitent à la recherche de l’argent et de la débauche, et, à défaut d’autre chose, en retardant au moins leur élan, on remplit, dans la vie privée, une fonction publique.

-Le plus important, est-ce le préteur chargé de litiges entre étrangers et citoyens, ou le prêteur urbain, lorsqu’ils répètent aux plaignants ce que dit l’assesseur, ou bien celui qui énonce ce que sont la justice, la piété, la résignation, le courage, le mépris de la mort, la connaissance des dieux, et qui explique à combien peu de frais on acquiert une bonne conscience ?

Si donc tu consacres aux études le temps que tu enlèves aux devoirs de la société, tu n’auras pas trahi ni failli à ta mission. Il n’est pas le seul à faire la guerre, celui qui est en première ligne et qui soutient l’aile droite ou l’aile gauche; on est aussi bien soldat en gardant les portes, en s’acquittant de ses fonctions à un poste qui, pour être moins périlleux, n’est pas de tout repos, comme garde de nuit ou préposé à l’équipement; de telles fonctions, bien qu’elles ne fassent pas couler le sang, font partie intégrante du service militaire.

Si tu te replies dans l’étude, tu échapperas complètement au dégoût de la vie; tu ne souhaiteras pas l’arrivée de la nuit par ennui du jour; tu ne seras ni importun à toi-même ni inutile aux autres; tu t’attireras bien des amis, et les meilleurs se presseront chez toi. Même obscure, la vertu ne reste jamais cachée; elle donne des signes de son existence; tous ceux qui en sont dignes sauront la reconnaître à ses traces. Car si nous renonçons à tout rapport social, si nous rompons avec le genre humain, si nous vivons tournés seulement vers nous-mêmes, cette solitude, privée de tout soin, aura pour résultat un désoeuvrement absolu. « 

Sénèque, De la tranquilité de l’âme, p.71-73

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s