Juste Lipse, un néostoïcien humaniste de la Renaissance

-On présente souvent Marc-Aurèle, Epictète et Sénèque comme représentants de la philosophie du stoïcisme. Ce sont des personnages antiques, vivant dans un contexte particulier qui fut celui de l’Antiquité, qui précéda tout le Moyen-Age et toute la période du christianisme qui a une forte influence encore sur beaucoup d’entre nous de nos jours, et qui impacte notre interprétation des textes antiques.

-Il y a deux stoïciens qui sont plus près de nous et que nous connaissons moins : Juste Lipse, un français, chrétien et stoïcien de la Renaissance, et Shaftesbury, un anglais qui arriva un peu après.

-Voici un aperçu de ces deux stoïciens plus modernes :

-Juste Lipse fut un philologue humaniste belge (s’exprimant en langue française) né en 1547 et décédé en 1606.

« Il s’efforça, notamment avec la composition de son essai De Constantia, de promouvoir un stoïcisme chrétien renouvelé du stoïcisme ancien. Par là, il devait influencer nombre de ses contemporains, donnant naissance au courant du néo-stoïcisme. Il enseigna dans les universités d’Iéna, Leyde et Louvain.

Ses idées sur le citoyen idéal, comme individu responsable, dont le comportement est dicté par la Raison, qui reste maître de ses émotions, et est prêt à combattre pour le service de la Cité, firent de nombreux adeptes dans les temps troublés de la Réforme. L’idéal citoyen de Juste-Lipse, transposé à la politique, se traduit concrètement par une rationalisation de l’État et de ses organes exécutifs, un gouvernement autoritaire du prince, l’éducation des citoyens à la discipline, et une militarisation importante de la Société. Ces principes sont à la base du concept d’État moderne, tel qu’il se développa dans la République des Provinces-Unies.

Le peintre Rubens, qui cultivait comme lui un stoïcisme austère, fut l’élève favori de Juste Lipse. » (Source : WIkipédia)

-Juste Lipse a écrit une oeuvre disponible en français : « De la Constance ».

Buste de Juste Lipse à Overijse. Œuvre d’Édouard François Marchant (1853).

-Overjise se situe en Belgique.

-« La politique, le théâtre, la philosophie de l’âge classique sont parcourus par le néostoïcisme. Il est impossible de comprendre Descartes, Leibniz ou Spinoza sans connaître Juste Lipse (1547-1606), le dernier des grands humanistes chrétiens. Editeur de Tacite et de Sénèque, il inspira la politique moderne, ressuscita la physique des stoïciens pour l’opposer à celle d’Aristote et donna une nouvelle vie aux catégories morales et métaphysiques du Portique, toile de fond des tragédies de Corneille ou des débats sur la rationalité du destin et l’harmonie de l’univers. »

Jacqueline Lagréé, professeure de philosophie de l’Université de Brest, spécialiste de Juste Lipse

-« On dit qu’il avait, au quotidien, un caractère agréable, malgré des accès de mélancolie. Il détestait la musique, mais aimait beaucoup les chiens et les fleurs, principalement les tulipes. C’est pourquoi, dans un portrait de groupe Rubens l’a représenté avec des tulipes derrière lui et son chien Mopsulus à ses pieds. .

Il mourut d’une maladie du foie. »

  • Le siège du Conseil de l’Union européenne à Bruxelles porte son nom car une rue Juste Lipse se trouvait à cet endroit jusqu’à la construction de ce bâtiment en 1985.

Un commentaire sur “Juste Lipse, un néostoïcien humaniste de la Renaissance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s