Alimentation du corps et sagesse de l’âme

Hippocrate refusant les présents d’Artaxerxès est un tableau de Girodet (1792, Ecole de médecine de Paris). Artaxerxès appela Hippocrate pour combattre une épidémie qui décimait l’armée perse. Hippocrate refusa les offres magnifiques par lesquelles on voulait le séduire, et répondit au satrape chargé de cette mission que l’honneur lui défendait de secourir les ennemis de sa patrie. Hippocrate, assis près d’une console antique, repousse les richesses que jettent à ses pieds les envoyés du Grand Roi. Ce tableau est savant et bien ordonné. (NLI).

-Que l’alimentation soit ta première médecine (Hippocrate)

-Aujourd’hui on sait l’importance de l’alimentation pour la santé du corps et de l’esprit. « Le corps est le temple de l’esprit » disait St Paul.

-Sur le plan éthique, s’abstenir de tout produit nocif est un impératif catégorique très sage [Marc Aurèle le stoïcien s’abstenait d’alcool par exemple, son entourage essayait de le persuader à boire ; Fronton, son maître de rhétorique, lui expliquant que Chrysippe, un des maîtres fondateurs de l’école stoïcienne, en consommait; et son frère, Lucius Verrus qui était un second empereur, avec qui il partageait son règne, avec un comportement de débauché.]

-Consommer de façon ciblée pour la santé de notre propre esprit et corps serait encore plus adéquat (il existe pour cela des naturopathes, des diététiciens)

-Socrate disait d’après les Mémorables de Xénophon : « La faim est le meilleur des assaisonnements ; elle ne coûte rien, et rend agréables tous les mets. » – Socrate

-Une telle éthique, pourtant très simple puisque concernant un besoin fondamental, celui de l’alimentation, est déjà en soi source d’une grande liberté, et propose un certain mode de vie, au-delà des philosophies sagesses ou religions, ou encore opinions politiques. L’idéal serait de produire soi-même sa propre nourriture, et dans l’idéal avec des graines naturelles. Il y a notamment l’agroécologie ou la permaculture comme mouvements intéressants, en plus de celui de la « décroissance ».

-Le jeûne est très sain aussi, c’est ainsi que les médecins de l’Antiquité, avec leur regard holistique, c’est à dire ne considérant pas une partie du corps isolément du tout, mais le tout comme interdépendant et interconnecté, guérissaient leurs patients, en plus de changer radicalement leur mode de vie, plutôt que de leur proposer des « remèdes » sans chercher les causes (médicaments allégeant les symptômes d’un mode de vie alimentaire très malsain par exemple, ce qui se fait assez souvent dans nos sociétés contemporaines.)

-Qui plus est, non seulement cela représenterait la base d’une éthique responsable, mais cela est une source importante de bonne santé, et de très grand plaisir sur le long terme (le cerveau, souvent addict à toutes sortes de produits nocifs dans nos sociétés contemporaines, le sucre transformé par exemple, à force ne prend plus de plaisir et a besoin de toujours plus…Ce désir de toujours plus, à jamais insatisfait serait la source de tous les maux sur Terre selon les sages grecs)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s