L’art de voir : le miracle du corps, le miracle des mains

Oeil humain, plus sophistiqué que de nombreuses technologies imitant la Création, la Nature

-Comment voir le monde avec un regard plein de gratitude ?

-N’est-ce pas en le regardant tel qu’il est ?

-Quand nous voyons notre corps, ne voyons-nous pas un miracle, une merveille, un microcosme du macrocosme, un kosmos, un univers ?

-Quand nous observons nos mains, si nous avons le merveilleux privilège d’avoir des mains, car ce n’est pas donné à tout le monde, ne voyons-nous pas l’immense bienfait de la Providence, de la Nature, que sont nos mains ? Nos mains sont directement reliées à notre cerveau, notre esprit, notre volonté, et nous pouvons les utiliser à notre guise, n’est-ce pas un miracle incroyable ? Est-ce que nous nous en rendons compte ou faut-il que nous perdions l’usage de nos mains pour pouvoir nous en rendre compte et nous dire « ah quand j’avais des mains je pouvais faire ceci avec, cela avec… Qu’est-ce que j’envie ceux qui ont des mains ! » ? Or, au quotidien, nous rendons-nous compte à quel point nous rechercherions des mains si nous n’en avions pas ? Et nous rendons-nous compte de l’immense bienfait que sont ces mains ? Ces mains sont composées de 5 doigts, ne ressentirions-nous pas de la gratitude et de la reconnaissance envers la Providence, la Nature, pour ces 5 doigts ? N’est-ce pas un immense bienfait que de ne pas avoir de doigt coupé, de doigt en moins, d’être né et d’avoir pu vivre en ayant ces 5 doigts sur chacune de nos deux mains ? Et ces doigts, n’est-ce pas agréable quand ils ressentent le vent de la Nature ? la chaleur du soleil ? la douceur de la pluie ? N’est-ce pas miraculeux quand nos doigts ressentent la douceur de l’eau de notre douche ou de notre baignoire ? N’est-ce pas un bienfait de la Nature, de cette divine Providence qu’est la vie telle qu’elle est dans son ensemble ? Et par quel miracle donc nos mains et nos doigts sont-ils reliés ensemble ? Quelle est cette géométrie, cette harmonie, ce résultat de l’évolution ? Comment se fait-il que nos doigts mesurent cette taille et pas une autre taille qui serait moins harmonieuse et moins adaptée à nous et à notre environnement ? Comment se fait-il que, comme par hasard, ils mesurent une taille similaire, ce qui nous permet de mieux vivre, car ne vivrions-nous pas moins correctement si nous avions un doigt de 1 mètre et l’autre de 1 millimètre ? Nos mains ne nous permettent-elles pas de manger donc de subvenir à nos besoins élémentaires ? Comment mangerions-nous sans nos mains ? Et quel plaisir que de manger de la nourriture, n’est-ce pas ? Quel bonheur, qui plus, est, que de manger de la nourriture d’une telle qualité, d’un tel luxe, n’est-ce pas ? Nous en mangeons en grande quantité, tels des dieux de l’Olympe, du Valhalla, comme si nous étions à « la table des dieux » dont parlent les sages antiques, n’est-ce pas ? Avec ces mains, nous avons appris aussi à écrire, et n’est ce pas un immense bienfait que d’avoir appris à lire ? Bénis soient ceux qui nous ont appris à lire, bénis soient ces auteurs qui nous ont laissé des lectures si agréables, si utiles, si intéressantes, si passionnantes, si transformatrices dans le sens de transformer nos ignorances en prises de conscience de nos ignorances ! Ces mains ont appris à manger et à écrire, et quel immense bienfait, n’est-ce pas ? N’est-ce pas possiblement un immense plaisir, le même que celui d’un aventurier égaré dans le désert découvrant une fraîche et grande oasis, que de pouvoir se nourrir d’une telle nourriture avec nos mains, que de pouvoir cuisiner cette nourriture, et que de pouvoir, avec ces mêmes mains, parties du divin kosmos, manier l’art de l’écriture, divin art ? Savoir écrire, n’était-ce pas réservé à une petite élite de scribes, il y a de cela quelques petites décennies en arrière ? Et aujourd’hui nous faisons tous partie de l’élite des élites sans parfois nous en rendre compte ? Le roi soleil pouvait-il se vanter d’avoir accès aux livres dont nous pouvons avoir accès chez soi, ou dans des bibliothèques municipales et ce de façon totalement gratuite ? Le roi soleil n’avait certainement pas un tel privilège ! Le roi soleil avait-il accès aux cuisines de tous les continents en quelques pas ? Certainement pas ! Le roi soleil pouvait-il faire couler de l’eau, fraîche, claire, limpide, potable, agréable à boire, et ce dans plusieurs pièces de sa demeure avec ses mains ? Le roi soleil n’a jamais eu un tel luxe. Qu’avons-nous à envier à un « roi soleil » ? Il est plutôt à plaindre de se prendre pour un tel personnage ! Le soleil n’a pas besoin d’un piètre imitateur, « ôte toi doncde mon soleil ! » lui aurait dit Diogène, philosophe antique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s